Archives de catégorie : Consomable

image_pdfimage_print

Points de comparaison d’une buse d’imprimante 3d

comparaison des différents types de buses d'imprimantes 3D
Différents types de buses d’imprimantes 3D

Avant de commencer

Cet article à pour but d’explorer les caractéristique d’une buse d’imprimante 3D, ses comportements lors des impression et les différences entre les modèles.

il se veut non exhaustif, et ne prétend pas aborder tous les points existant (ils sont nombreux)

Nous essayerons cependant d’aborder le maximums de points possible afin d’avoir une vue d’ensemble la plus complète possible.


Des buses avec beaucoup de caractéristiques

Les buses d’imprimantes 3D sont disponibles sous différentes formes, longueurs et matériaux.

On pourra citer rapidement:

  • Diamètre des buses
  • Forme des buses
  • Longueur des buses
  • Longueur des filetages
  • Matériaux
  • Bi-matériaux (rubis)?

Ce sont autant de paramètres qui impactent la qualité de nos impressions

La longueur Compte!

Dans ce domaine, la longueur compte et peut avoir son importance!

Dans cette partie on distinguera

  • La longueur et le type des pointes des buses
  • La longueur du corps (souvent hexagonale)
  • la longueur du filetage

En effet en comparant un panel de buses différentes on se rend compte que chaque modèle à des caractéristiques différentes

Sur la photo suivante, les buses ont été photographiées côte à côte sur une même surface (pas de montage). On prend comme référence la ligne pointillée au centre de la photo. Cela permet de se rendre compte de la différence de hauteur de la partie supérieure des buses. On notera également la différence de masse et de géométrie.

Pointe courte contre pointe longue

comparaison des corps de buses d'imprimantes 3D
Comparaison des tailles de corps de buses d’impression 3D

Pointes courtes

  • Pertes thermiques réduites (Surface d’échange thermique réduite)
  • (potentiel) Meilleur contrôle thermique  car la sortie de la buse est au plus prêt du bloc de chauffe.
  • Buses plus compactes, augmente légèrement la hauteur max d’impression
  • Réduit légèrement les erreurs de positionnement

Pointes longues

  • Distance parcourue dans le corps de la buse quasiment double
  • Potentiel perte calorifique plus importantes
  • Inertie thermique plus importante

Superposition dimensionnelle

Qu’arrive-t-il si on supposer 2 buses et qu’on compare la répartition volumique entre les modèles?

comparaison dimensionnelle entre 2 buses
Comparaison dimensionnelle entre 2 buses courtes. L’une conique, l’autre semi conique.

Code couleur:

  • En bleu la partie commune entre les 2 modèles
  • En vert le surplus de matière de la buse conique
  • En rouge le surplus de matière de la buse semi conique

A gauche on aligne les 2 buses au niveau de la pointe

A droite on aligne les 2 buses par la base hexagonale

On constate que:

  • La buse de droite possède une zone filetée plus importante (quasiment le double)
  • Les 2 buses possèdent une zone de contacte potentiel avec le bloc chauffant équivalent
  • A droite, la matière doit parcourir 2 fois moins de distance avant de sortir de la buse

En conclusion

En conclusion,  si on regarde l’aspect thermique, à montage équivalent (contre le bloc chauffant), on peut dire  :

  • La buse de droite possède une zone de chauffe quasiment 2 fois plus importante
  • La température du filament en sortie de buse devrait en effet être au plus prêt de celle du bloc chauffant

comparaison dimensionnelle entre 2 buses d'imprimante 3d
Comparaison dimensionnelle entre une grosse buse conique et une buse semi conique
comparaison de la surface de contact entre 2 buses d'imprimante 3d et le bloc chauffant
Différence de surface de contacte entre les 2 modèles de buses

Autre comparaison similaire entre la buse conique plus massive et la buse semi conique précédente

On constate que:

  • La longueur du filetage des 2 buses est équivalente (photo gauche)
  • La zone plate de contact à la base su corps de la buse, est quasiment 2 fois plus importante sur la buse conique (photo gauche)
  • Le distance de sortie de la matière est 2 fois plus courte sur la buse semi conique (photo gauche)
  • Le volume de matière de la buse conique semble 2 à 3 fois plus importante (photo droite)
  • La pointe du cône de la grosse buse semble légèrement plus massif / large (photo gauche)
  • La forme profilée plus aérodynamique de la buse conique semble faciliter le passage des flux d’air.
  • L’inertie thermique de la grosse buse conique parait 2 à 3 fois plus importantes que l’autre modèle

En conclusion

  • Le profile plus aérodynamique de la buse , couplé avec une inertie thermique plus importante, propose des performances thermique assez équivalentes entre les 2 modèles

Filetage long contre court

Sur l’image qui suit, on se propose de comparer la longueur du filetage (M6)

Les 4 buses à gauche sont destinées à être monté sur des blocs de chauffe standard de type E3D V6 (voir plus bas)

Les 2 buses à droite sont destinées à être monté sur des blocs de chauffes allongés de type E3D Volcano

comparaison des longueur des filetages des buses d'imprimante 3d
Comparaison de la taille du filetage des buses d’impression 3D

Impacte thermique de la taille du filetage

comparaison de la zone de fusion des buses d'imprimante 3d
A gauche une buse standard, à droite une buse de type volcano

A gauche sur le photo le bloc de chauffe et la cartouche chauffante sont montés horizontalement

On constate que ce design possède une zone relativement réduite, de quelques mm, sur laquelle le filament doit atteindre sa température de fusion avant de sortir de la tête.

Montage souvent utilisé pour des buses de diamètre inférieur à 0.8mm

A droite le bloc de chauffe et la cartouche chauffante sont montés verticalement.

Le filament à peut fondre sur le double de la distance, ce qui permet des débits de matière plus importants.

La température de sortie est plus homogène.

La matière sera également plus fluide en sortie de buse.

Montage souvent utilisé pour des buses supérieures à 0.6mm

On en peut en proposer les observations suivantes:

Les buses à filetage court

  • Faible zone de mise en fusion
  • Débit de matière maximum limité
  • Diamètre de buse maximale utilisable: 0.8mm

Les buses à filetage long

  • Zone de mise en fusion au moins 2 fois plus longue
  • Débit de matière maximum grandement augmenté
  • Idéal pour des débits de matière importants
  • Idéal pour des diamètres de buses supérieures à 0.6mm

Le profile

On trouvera au moins 2 types de profiles de corps de buse

  • un profile « conique »
  • un profile « semi conique »
zones d'accumulation de matière en fonction de la géométrie de la buse d'imprimante 3D

Les buses conique

  • Possèdent un  cône qui part du plus prêt de la sortie de la buse jusqu’à la partie hexagonale du corps de la buse
  • Souvent en contact directe avec le bloc de chauffe
  • Corps de buses plus massif que les buses semi conique
  • Maintient mieux la chaleur à l’intérieure de la buse
  • Possèdent une inertie thermique plus élevée
  • Nombre de points d’accumulation de matière plus réduit
  • Position du point d’accumulation de matière plus haut

Les buses semi conique

  • Possèdent un cône qui part du plus prêt de la sortie de la buse jusqu’à la partie hexagonale du corps de la buse.
  • Buses souvent plus courtes que les versions conique
  • La surface de contact avec corps le bloc chauffant est souvent réduit (peut être détachée du corps de chauffe avec un léger jour)
  • Faible inertie thermique
  • Un volume du cône réduit (les calories peuvent vites se perdre sous une ventilation)
  • Forte dispersion thermique (masse plus réduite et contact réduit avec le corps de chauffe)
  • angle droit entre le cône et la partie hexagonale
  • multiples points d’accumulation de matière
  • Position des points d’accumulation très proche de la zone d’impression

Le type de pointes

On trouvera également plusieurs types de pointes

  • Les pointes « fines »
  • Les pointes « larges »
comparaison des pointes de buses d'imprimante 3d
A gauche une pointe « large », à droite une buse « fine »
principe de largeur d'extrusion et hauteur de couches

Les pointes « larges« 

  • relativement répandues car elles correspondent aux buses installées sur les tête chauffante E3D lite6 et E3D V6
  • lorsqu’elles sont montées perpendiculaire au plateau, elle permettent des couches plus épaisses
  • Transfèrent plus de chaleur à la pièce imprimée, ce qui peut engendrer des déformations thermique sur les parois fines
  • nécessite un Z-Hop plus important
  • Elles nettoient plus facilement les blobs existant

Les buses « fines »

  • souvent installées sur des têtes chauffantes chinoises
  • réduisent les échanges thermique non voulues entre la surface de la buse et la pièce imprimée
  • offre une vue plus dégagée de la pièce imprimée
  • Potentiellement plus fragile, car les parois interne sont plus fines
  • peut nécessiter une calibration d’extrudeur plus précise afin d’éviter les bavures
  • Approprié pour des tailles de buses inférieure à 0.6mm

La dépose du filament

dépot de filament en fonction de l'inclinaison des buses d'imprimante 3d

Les pointes fines

  • Inclinaison de la buse lors de l’impression possible
  • Le degré d’inclinaison peut être important
  • Utilisable sur des machines possédant plus de 3 axes avec des têtes chauffantes orientables
  • Largeur d’extrusion limitée à la largeur de buse
  • Hauteur de couche max limitée (faible capacité à aplatir la matière)
  • Plus facile à nettoyer

Les pointes larges

  • Capacité plus importante à aplatir la matière
  • Largeur d’extrusion plus importante
  • Nécessite d’être montée le plus perpendiculaire à la surface d’impression possible

Le montage des buses sur le bloc chauffant

Les buses peuvent se monter principalement de 2 manière:

  • collée contre le bloc de chauffe
  • avec un espacement de 1 à 2 mm
installation des buses d'imprimantes 3d sur le bloc chauffant
2 styles de montage de la buse sur le bloc chauffant

A gauche, on conserve un peu de marge pour le serrage mais on diminue les échanges thermique entre la buse et le bloc de chauffe.

A droite on privilégie une meilleure liaison thermique entre la buse et le bloc de chauffe. Il faudra ajuster la position du heatbreak afin de garantie une bonne étanchéité. Ce type de montage peut causer des fuites si le heatbreak n’est pas correctement en contact avec la buse!

Les matériaux

Conductivité thermique des matériaux

(cf Wikipédia)
La conductivité thermique ou conductibilité thermique


La conductivité thermique ou conductibilité thermique est une grandeur physique caractérisant le comportement des matériaux lors du transfert thermique par conduction. Notée λ ou K voire k, cette grandeur apparaît notamment dans la loi de Fourier (voir Conduction thermique). Elle représente l’énergie (quantité de chaleur) transférée par unité de surface et de temps sous un gradient de température de 1 kelvin ou 1 degré Celsius par mètre.

Regardons la liste des conductivités thermique (cf Wikipédia) des matériaux trouvé principalement sur les buses d’impression 3D.

Ici la fonte, l’OR, le Cuivre et le diamant sont donnés à des fins de comparaison. A noter également que certains alliages peuvent avoir des conductivités thermiques différentes. Les valeurs données ici sont fournies à titre indicatives uniquement.

MatériauxConductivité Thermique (W m-1)
Céramiques2-200
Titane (alliage)
5.8
Titane pur15.6 – 21.9
Inox 16.3
Rubis35 – 40 (w.m-1.k-1)
Acier36-54
Fonte55
Laiton (Cu 63-70%) 109 – 125
Tungstène174 (w.m-1.k-1)
Or
317
Cuivre 390
Argent 418
Diamant (impur)1000
  • Les buses en alliage titane et en inox sont les plus isolantes thermiquement et conservent donc mieux les calories (comme la fonte)
  • Les buses en laiton  dissipent 18 à 20 fois plus la chaleur

Dureté des matériaux

Le tableau suivant donne l’indice de dureté des matériaux cité précédemment. Certains matériaux cité si dessous sont des alliages, leur indice peut donc varié en fonction des constituants de l’alliage.

MatériauxIndice de dureté
Diamant10
Rubis9
Céramique8.5
tungstène7.5
Titane6
Acier5-8.5
Inox(environ) 5
Fonte4-5
Laiton3-4
Argent2.5-7
Or2.5-3
Cuivre2.5-3

On pourra extraire du tableau des informations suivantes

  • Les buses Rubis et céramique sont parmi les plus dur du marché
  • Les buses en laiton sont parmi les moins dur du marché
  • L’acier durcie est plus dur que l’inox

L’influence des filaments abrasifs sur le diamètre des buses

usure d'une buse d'imprimante 3d avec du filament abrasif

A gauche une buse usée par l’abrasion d’un filament,  a droite une buse neuve.
impacte des matériaux sur la durée de vie à l'abrasion des buses d'imprimante 3d
Une comparaison de buses de différente dureté face à du filament chargé carbone

Les images parlent d’elles même, face aux filaments abrasifs, la durée de vie des buses dépend de leur dureté.

Résumé des principaux matériaux utilisés pour les buses

MatériauxDuretéConductivité
Thermique
Prix
Rubis935-4096€
Tungstène7.517435€
Acier durci5-8.536-5423€
Titane (alliage)65.810€
Inox516.38€
Laiton3-4109-1254€

sources:

Quelle laque à cheveux choisir pour votre plateau chauffant?

Avant propos:

Votre imprimante 3D vient tout juste d’arriver ou vous venez à peine de finir de la monter et commencez à imprimer vos premières pièces.

L’adhésion de vos pièces plastique se fait mal malgré le plateau chauffant et vous voulez augmenter l’adhésion de ses dernières pendant l’impression.

Plusieurs solutions existent pour répondre à cette problématique.

  • La feuille de buildtalk permettant de faire adhérer un nombre important différent de plastique
  • La bouillie d’ABS
  • la colle à bois diluée dans de l’eau
  • la colle UHU
  • la laque à cheveux.
  • la 3D laque
  • le kapton
  • le scotch bleu 3M ou équivalent

Ces différentes solutions ont toutes des points forts des points faibles.

Ici nous allons traiter d’une solution économique, simple à trouver dans le commerce e quartier , et simple d’utilisation.

La laque à cheveux.

Cela va perturber un peu les habitudes des personnes qui comme moi avons une pilosité craniène limitée, mais la laque à cheveux est une très bonne solution, économique, simple à trouver et facile à utiliser pour palier aux contraintes d’adhésion de certains plastiques.

Nous nous somme essentiellement focaliser sur l’utilisation du PLA.

Matière qui soit disant peut être imprimée sur un support froid. Ce qui en théorie est vrai, manque en pratique d’une grande fiabilité.

La plateau chauffant, souvent négligé sur des imprimantes 3D low cost, est un vrai atout qui augmente grandement l’adhésion et le maintient des pièces plastique sur votre plateau d’impression.

Cependant, on à souvent recourt à des additifs tels que masque de peintre (scotch bleu 3M ou équivalent) ou kapton qui augmente l’adhésion pauvre de certain matériaux comme l’aluminium.

Petite parenthèse sur le Kapton:

L’adhésif polyamide aussi connus sous le nom de la marque « kapton » est faite en matière très résistant à la température et aux contraintes mécaniques. La colle sous le polyamide est aussi conçue pour résister à des températures élevées (de l’ordre de 180°C), ce qui lui permet de rester bien collée sur des plateau chauffant d’imprimante 3D.

A l’opposé, le masque de peintre (scotch bleu 3M), malgrès son prix moindre, possède une colle qui à tendance à se décoller naturellement des plateaux chauffants à partir d’une certaines température. C’est pour cette raison qu’il est souvent utilisé dans des cas ou l’utilisateur ne possède pas de plateau chauffant.

Pourquoi la laque en plus du kapton?

En plus du kapton, nous utilisons de la laque à cheveux essentiellement pour les premières impression car elle permet aux premières couche de rester plaquée contre le plateau. Avec le temps on met de moins en moins de laque, jusqu’à en supprimer son utilisation.

Peut-on utiliser toutes les marques de laque?

nous avons testé plusieurs marques de laque, et plusieurs déclinaisons d’une même laque.

Après plusieurs impressions, la réponse qui est découle est : NON

En effet, certaines laque à cheveux vont avoir l’effet inverse désiré car elles contiennent un agent gras qui décolle très vite les pièces voir empêchent tout simplement les premières couches de se déposer correctement sur la surface d’impression.

Les laques testées:

Nous n’avons cependant pas réussit à isoler l’agent actif qui nous intéresse dans la composition des laques mais voici au moins un exemple de laque testée:

Laques pour imrpimante 3D testées

vivel dop betonvivel dop forte

Voici 3 marques de laque qu’on trouve en grande surface.

Le prix varie entre <1 à 4€ la bombe.

A priori vous devez pouvoir trouver une laque bon marcher qui fonctionne très bien.

Sur cette photo le prix des bombes est croissant de gauche à droite.

Test effectué:

  • Pour nos tests nous avons utiliser toujours la même bobine de PLA.
  • La surface d’impression était chauffée à 60°C
  • la surface d’impression est recouvert de Kapton (polyamide)
  • Le même modèle 3D à été utilisée pour faire nos tests.

Les laques qui ne fonctionnent pas:

La laque de la marque leclerc et auchant ont eut l’effet inverse attendue. Elles ont beau être estampillée « Extême », elles déposent un voile gras sur la surface d’impression, empêchant tout simplement le filament de se déposer sur la surface d’impression.

Attention: Il faut bien comprendre ici que nos conclusions sont uniquement valable dans le cas d’une utilisation avec une imprimante 3D et aucunement valable pour une utilisation normale avec des cheveux. N’étant absolument pas spécialiste en cosmétique, nous ne pouvons nous prononcer sur l’efficacité de ces produits dans le cadre d’une utilisation normale.

Les laques qui fonctionnent:

Les deux spray Orange et Rouge de la marque « vivelle DOP » correspondant respectivement aux déclinaisons « extra forte » et « Extrême » fonctionnent toutes les deux très bien.

vivel dop extra fortevivel dop forte

  • Laque extra forte (orange): très bonne adhésion. après l’impression les pièces se s’enlèvent assez facilement. Notre choix actuel.
  • Laque « Extrême » (rouge): possède une adhésion supérieure au modèle orange. laque un peu trop forte à notre goût, les pièces ont du mal à se décoller à la fin de l’impression. Utiliser un film très fin si vous choisissez ce modèle.

Les laques de la même maque qui ne fonctionnent pas:

 Nous avons aussi testé le déclinaisons « Bleu » dite « béton » et » Jaune »  dite « forte » de la même marque.

vivel dop betonVivelle dop forte

A notre surprise, l’estampillation commerciale est décorrélée des résultats obtenus avec notre plateau chauffant et notre kapton .

Ici aussi on retrouve un résidus gras qui décolle les pièces.

Les autres spray que nous n’avons pas testé qui fonctionnent:

Dimafix

  • Le spray « Dimafix » nous à été reporté comme bien fonctionner directement sur un plateau aluminium avec du filament PETG.

Spray technique qui semble plus efficace sur surface lisse comme l’aluminium. Son prix tourne autour de 13€ TTC ce qui est 3 à 4 fois plus cher qu’une laque traditionnelle.

Fonctionne très bien sur surface chauffante à 60°C. Dans le cas de l’utilisation d’un ventilateur pour refroidir le plastique,Il est préconiser d’augmenter la température du plateau chauffant entre 70-85°C.

 

  • laque à cheveuxSpray coiffant de la marque Super U

Moins cher que la « vivelle dop », semble fonctionner correctement.

 

 

  • 3DLaque 3D laque

Est en principe de la laque à cheveux classique sans parfum. Le prix tourne autour de 9€ HT pour 400ml ce qui reste un peu plus de 2 fois plus cher qu’un spray classique.

 

Au final quelle laque choisir?

A cette question, la réponse la plus judicieuse reste de vous faire votre propre idée et expérience sur la question. Cet article à pour but de vous aider à trouver une marque/modèle de laque/spray qui fonctionne dès votre première impression.

A vous ensuite de tester d’autres marques/modèles si vous voulez optimiser le coût de ce consommable.

Combien de temps dure une bombe de laque?

Ça dépend forcément de votre fréquence d’impression , mais une bombe de taille standard dure facilement entre 2 et 3 bobine de 1KG de filament.

Dois-je mettre beaucoup de laque?

Non, un simple film de laque est suffisant. En fonction de la capacité de vote laque à coller la pièce il se peut que vous ayez à charger un peu au début, ou l’inverse à en mettre juste un film très fin.

Dois-je remettre de la laque après chaque impression?

On à tendance à dire oui, cependant l’expérience montre que non.

un bon indicateur est de toujours vérifier que la première couche de plastique est déposée correctement. Si ce dernier commence à se décoller c’est un signe qu’il faut en remettre.

Vous pouvez soit en rajouter pendant l’impression, soit arrêter vote impression pour en re déposer sur votre surface d’impression. Etant le tout début de l’impression, cette méthode empirique à le mérite d’être simple à appliquer, vous perdez très peu de matière, vous vous assurez que le début de vote impression se passe correctement et vous assurer le futur état de surface de vote pièce.